LES FANS ALGÉRIENS

Elue par les fans algériens sur RENAULT FACEBOOK CAPTUR ALGERIE plus belle que jamais avec l’emblème national

machine de brique

Elle était lè, notre belle Captur coloré au drapeau algérien ! Elle était è Biarritz et nous attendait pour nous montrer sa belle robe de fiancée que l’Algérie a brodée pour la circonstance. Et quelle circonstance ! Captur « Algérie » (c’est comme ça que nous la surnommons) s’enorgueillît d’être la plus belle pour avoir remporté le concours de Renault FACEBOOK en détrônant nos amis turcs. Avec 12 333  fans, elle a remporté haut la main ce concours qui permet è l’Algérie de monter sur la plus haute marche du podium.

A notre arrivée au somptueux hôtel «Le Palais» de Biarritz, elle nous attendait pour nous saluer et nous offrir un décor des plus beaux.
Sa victoire permet è Renault Algérie de se frayer un chemin en matière de popularité et dans un bref discours lors de la conférence de presse tenue le soir même de notre arrivée è Biarritz, M. Guillaume Josselin, directeur général de Renault Algérie, n’a pas oublié de rendre hommage è tous les fans algériens qui ont été très nombreux è voter pour Captur Algérie.
Captur Algérie aux couleurs nationales sera présenté officiellement le 17 juin prochain lors de l’inauguration du Festival de Cannes, ce qui reste un événement de taille sachant que toutes les stars mondiales du 7e art seront présentes. Aussi, Renault a organisé une tombola pour élire l’heureux gagnant parmi les 12 333 fans algériens. Le tirage au sort a donné lieu è la victoire d’un Algérien qui réside è Paris et qui a gagné un week-end (tous frais payés) lors du festival de Cannes. Cet algérien, amoureux du cinéma, sera accompagné par sa fiancée pour ce week-end de rêve.
Alors, pour conclure, rien ne vaut cette phrase mythique bien de chez nous : ONE, TWO, THREE, VIVA L’ALGERIE !

La météo et le climat en Algérie.

Météo en Algérie

Vos prévisions météorologiques pour les grandes villes algériennes et tous les pays du Maghreb sont sur Météocity.

La météo et le climat en Algérie.

Pays du Maghreb, au nord du continent africain, l’Algérie est une république qui s’étend du Sahara à la mer Méditerranée. Indépendante depuis 1962, l’Algérie est le plus grand pays en superficie de l’Afrique du Nord et du Maghreb. On y recense environ 37 millions d’habitants pour un territoire de plus de 2,3 millions de kilomètres. L’Algérie se définit elle-même comme : “une terre d’Islam, partie intégrante du Grand Maghreb, pays Arabe, méditerranéen et africain.” Les territoires algériens sont riches et variés. Deux massifs montagneux sont présents au nord et au sud du pays, respectivement l’Atlas tellien et l’Atlas saharien. Les paysages de l’Algérie s’étendent donc des déserts arides du Sahara aux cimes enneigées de la Kabylie. Il existe deux climats bien distincts en Algérie. Le nord du pays bénéficie d’un climat méditerranéen aux hivers doux et aux étés chauds et ensoleillés, alors dans le sud c’est un climat désertique qui règne avec des hivers froids et des étés excessivement chauds et secs.

((Ghardaïa, région du Mzab, Algérie))

machine de parpaing :

Ghardaïa. Ou plutôt, la vallée du M’zab où s’est regroupée au 9ème siécle une population Ghardaïa – le ksarberbère spécifique qui a voulu garder son mode vie particulier : les mozabites. Les villes de cette vallée ont été construites à partir de l’an 1000 : outre Ghardaïa, il s’agit de Melika, Ben Isguen, Bou Noura et la doyenne, El Atteuf. Son architecture très particulière, reflet d’une vie communautaire toujours stricte, a inspiré bon nombre d’architectes modernes, dont Le Corbusier. C’est devenu l’une de destinations touristiques les plus fréquentées d’Algérie.
– Merci beaucoup de votre intérêt pour cet enregistrement.Architecture traditionnelle ((Ghardaïa, région du Mzab, Algérie)) !! de Skender

Alger

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.

Des jeunes, des Cheikh Sidi Bémol prépare son dixième album, un retour aux sources un peu bordélique du gourbi rvieux, des femmes, des hommes : une foule bigarrée de plus de cinq mille personnes saute, agite les bras vers le ciel et chante à l’unisson sur une scène de plein air à Alger. C’est l’effet Sidi Bémol : un groupe de “gourbi rock”, une musique “de bric et de broc” mêlant mélodies indiennes, blues, rengaines celtiques, chansons berbères… qui fait plusieurs fois le tour du monde en une heure de concert. À sa tête, Hocine Boukella, “Cheikh Sidi Bémol” pour les fans, barbe de trois nuits et cheveux indociles. Un chanteur-guitariste de 57 printemps qui affiche déjà neuf albums au compteur, a tourné avec son groupe à Barcelone, Essaouira, Montréal, mais garde le noyau dur de ses supporters entre l’Algérie et la France.

C’est à Alger que l’artiste est né. Il se remémore “une enfance insouciante” dans une famille étoffée (sept garçons, trois filles) habitant le quartier populaire de Belcourt, où son père travaillait comme directeur d’école. Ses parents avaient quitté la Kabylie pendant la guerre. “J’avais peut-être une sensibilité artistique plus forte du fait de mes origines, estime aujourd’hui Hocine Boukella. Les Kabyles, comme les Bretons par exemple, des peuples dont on a combattu la culture, ont créé par réflexe plus de chants, de textes, pour préserver leur langue, leurs spécificités.”

Mais ce n’est qu’au début de l’adolescence qu’il apprend la guitare classique, suivant l’exemple d’un frère aîné. “Les premiers accords que j’ai appris sont ceux du blues. Je mélangeais déjà John Mayall (grand bluesman anglais), des chansons kabyles et des choses entendues sur radio Alger chaîne 3 : du jazz, de la musique russe ou africaine. La fusion se faisait naturellement… D’ailleurs, quand j’écoutais le chanteur algérien Cheikh Hamada, je me disais qu’en mettant de la guitare électrique derrière on ne serait pas si loin des Stones !”

En 1985, Hocine quitte Alger pour faire une thèse de génétique des populations à Paris. Mais baigner des mouches dans du solvant pour analyser la biosynthèse de leurs phéromones le lasse assez rapidement. D’autant que, en parallèle de ses études de biologie, le jeune homme commence à vendre des dessins pour la presse, réalise des affiches… et écume les bars avec un premier groupe de musique (Raï on the rock).

Au début des années 1990, alors que la guerre civile commence à enflammer son pays d’origine, Hocine décide de vivre de son art en France. Il crée Sidi Bémol et connaît une “période délicate”. Sans papiers, comme la plupart des membres de son nouveau groupe, il jongle entre rénovations d’appartements et concerts : “La camionnette du percussionniste nous servait à la fois pour les chantiers et le déplacement du matériel pour les spectacles !” Hocine continue également de dessiner. C’est d’ailleurs une exposition de ses oeuvres au Sénat qui lui permet de rencontrer le ministre de la Justice… et de régulariser sa situation.

Bientôt, Sidi Bémol commence à décoller. Suffisamment pour que le groupe envisage de tourner à l’international… et se rende compte de sa popularité en Algérie. “Lors de notre premier concert à Cheikh Sidi Bémol prépare son dixième album, un retour aux sources un peu bordélique du gourbi r, en 2000, j’ai d’abord pensé que nous allions nous retrouver devant dix personnes… Nous avons joué à guichets fermés ! Je me suis aperçu avec stupéfaction que le public connaissait nos chansons. D’ailleurs, par la magie du piratage, notre album, qui n’était pas commercialisé dans le pays, se vendait déjà dans la rue !”

Certains de ses titres sont aujourd’hui des tubes en Algérie, comme “Boudjeghlellou”, chanté en duo avec Karim Abranis, pionnier du rock algérien, qui est resté deux mois numéro 1 au top 50 kabyle. Cette chanson apparemment inoffensive raconte l’histoire d’un escargot géant qui bloque la route et empêche tout le monde d’avancer… Mais les Algériens qui y ont vu une parabole sur le système politique ne s’y sont pas trompés.

“Hocine est quelqu’un de très intègre, commente Ira Wizenberg, son manager. Il n’hésite jamais à dire ce qui le gêne, y compris quand il s’agit des dirigeants. Mais sa critique est toujours poétique, elle passe par la métaphore. Dans son titre “Bled Tchina”, pour évoquer la déliquescence du régime, la soif du pouvoir, il parle du pays de l’orange où l’on “s’enrichit pour construire des palais et semer du ciment dans les champs”.

” Approché par des partis politiques français et algériens, le chanteur a préféré garder sa liberté de parole. Farouchement indépendant, “incapable de faire une musique formatée”, Hocine Boukella a aussi créé son propre label, CSB productions, en 2004, qui publie également ses recueils de dessins. Il travaille déjà sur son dixième album. “C’est un retour aux guitares rock et blues des débuts, aux sources un peu bordéliques du gourbi rock, s’amuse-t-il. On veille à continuer à faire de la musique comme d’autres font de la récup.

 

Alger

Le tribunal criminel d’Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.

Mis à jour le 27 mars 2015 à 10h50.Les autoroutes algériennes sont gérées par l'Agence nationale des autoroutes algériennes (ANA).

Le procès de l’affaire de corruption pour la construction de l’autoroute Est-Ouest, qui s’est ouvert mercredi 25 mars au tribunal criminel d’Alger, a été reporté à une prochaine session. Aucune date de reprise n’ayant été précisée, le procès, de ce qui pourrait devenir l’une des plus grosses affaires de corruption des quinze dernières années, pourrait se dérouler avant la fin de l’été, lors de la session de l’automne ou l’année prochaine.

Ce report est justifié par l’absence de William Bourdon, avocat du principal accusé, Chani Medjdoub, qui est incarcéré sous le régime de la détention préventive depuis octobre 2009. Interrogé par le président du tribunal, il a expliqué que son avocat n’avait pas obtenu le visa des autorités algériennes pour se rendre à Alger.

>> Lire aussi : une autoroute nommée scandale

Un procès attendu

Dès le début de l’audience, des avocats de la défense ont récusé la constitution du Trésor public comme partie civile dans cette affaire. Ce qui avait donné lieu à des passes d’armes avec le procureur et la suspension de l’audition. “La constitution d’un agent judiciaire du Trésor public comme partie civile est une honte pour la justice de ce pays”, s’est exclamé Maitre Miloud Brahimi, l’un des avocats des accusés.

La veille déjà, plusieurs avocats subodoraient d’un éventuel report de ce procès qui est par ailleurs très attendu par l’opinion publique algérienne en raison de l’importance du projet et des soupçons de corruption qui pèsent sur plusieurs hauts cadres de l’administration.

 

Youcef Belaïli : « On n’aurait pas dû sous-estimer les Qataris »

Pour son premier match sous le maillot des Verts, Youcef Belaïli n’a pas montré grand chose, mais il pense que lui et ses coéquipiers devront se rattraper face à Oman, lundi 30 mars.

BALLON-PIED-790x347

« On voulait gagner cette rencontre, on s’est créé plusieurs occasions, mais la dernière touche n’était pas présente. Il y avait plusieurs points négatifs durant ce match et on va essayer de les corriger lundi prochain face à Oman. On avait trop de confiance avant le début de la rencontre, on n’aurait pas dû sous-estimer l’équipe adverse. Mais les joueurs Qataris ont montré qu’ils pratiquaient du bon football », a-t-il déclaré après la fin de la rencontre.

Amical : l’Algérie s’incline devant le Qatar

Pour son premier match amical au Qatar, l’Algérie s’incline ce jeudi, face à la sélection locale sur le score d’un but à zéro. La seule réalisation de la partie fut l’œuvre d’Ali Asaâd à la 32’.

football_0-790x347

Dans une rencontre suivie par un maigre public, dont une chambrée de supporters des Verts, les hommes de Gourcuff ont rarement fait illusion. La première période fut dominée par les Qataris dans l’ensemble. Ils ont eu les occasions les plus franches, leur succès n’est pas usurpé devant des Algériens qui semblent s’être trompés de crampons sur un terrain très glissant.

Le match fut d’un niveau médiocre en général. En tout cas, les Verts n’ont pas été à la hauteur de leur réputation.