Construire en parpaings : des arguments “béton”

Construire en parpaings : des arguments “béton”

Plus de 7 maisons individuelles sur 10, construites en France, possèdent des murs en blocs béton (ou parpaings). Un matériau, qui bien que donnant globalement satisfaction à tous les occupants de ces habitations, et affichant un excellent rapport qualité/prix, à mauvaise presse. Qu’en est-il exactement ? Revue de détails des arguments de chaque camp.

Construire en parpaings : des arguments “béton”

“Matériau triste et déprimant, pas très maniable qui aboutit à une uniformité des bâtiments, chantiers polluants, et faibles capacités isolantes”, sont les principaux reproches adressés aux parpaings. Des assertions qui font bondir, contre arguments à l’appui, ses nombreux adeptes.

Déjà connu dans l’Antiquité et en Grèce (sous l’appellation amplecton), le béton qui, au fil des siècles, a prouvé sa résistance, reste, encore aujourd’hui, le matériau le plus utilisé dans la construction de maisons individuelles.  Une prédominance qui se traduit par quelques chiffres éloquents : plus de 70% de ces maisons possèdent des murs en parpaings, sans parler des planchers, des tuiles et autres accessoires, “made in béton”. On peut ainsi construire béton de la cave au grenier.

Pour faire face à la demande, les industriels du béton produisent plus d’un milliard de parpaings par an, grâce à des presses fixes, “véritables pondeuses de blocs béton”, au rythme d’une pièce toute les deux secondes !

fabrication des parpaings

Le parpaing, élément de construction parallélépipédique, (creux, plein ou perforé), dont le modèle dit de 20 (dimensions : 20x20x50), qui est utilisé pour réaliser des murs et des cloisons maçonnés, n’est pas le seul élément “blocs béton”. 6 autres familles complètent la gamme :
– les blocs accessoires à la forme ou la conception adaptée à des points particuliers de la maçonnerie (blocs d’angle, blocs de coupe, feuillures, linteaux, etc.).
– les blocs avec emboîtements verticaux qui permettent de supprimer les joints verticaux.
– les blocs montés à joints minces de mortier colle, des blocs d’une précision dimensionnelle renforcée particulièrement sur la hauteur.
– les blocs pour pan coupés : composés de deux éléments à maçonner permettant de modifier le degré d’ouverture de l’angle de 45° à 135°.
– les blocs destinés à rester apparents
– les blocs à joints horizontaux masqués permettent de masquer le joint horizontal sur la paroi tout en assurant l’appui nécessaire au montage des blocs

Reklamlar

1 Comment

Bir Cevap Yazın

Aşağıya bilgilerinizi girin veya oturum açmak için bir simgeye tıklayın:

WordPress.com Logosu

WordPress.com hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap / Değiştir )

Twitter resmi

Twitter hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap / Değiştir )

Facebook fotoğrafı

Facebook hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap / Değiştir )

Google+ fotoğrafı

Google+ hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap / Değiştir )

Connecting to %s